Augmentation mammaire

Le point sur l’augmentation de la poitrine par implants implants mammaires Vs l’injection de Macrolane

Si l’injection de Macrolane dans le sein peut être une alternative à la pose de prothèses de seins et paraît séduisante car sans chirurgie, ce traitement présente néanmoins des limites et des inconvénients

Il est intéressant, aujourd’hui, de faire une mise au point sur 2 techniques d’augmentation mammaire:

  • l’une très récente: les injections de MACROLANE, ne nécessitant pas d’intervention chirurgicale
  • l’autre classique, reposant sur une chirurgie d’implantation mammaire, recourant à la pose de prothèses anatomiques ou rondes, opération réalisée sous anesthésie et nécessitant une incision (donc cicatrice résiduelle)

Injection de macrolane dans les seins

Il s’agit d’un gel d’Acide Hyaluronique fortement réticulé qui permet d’augmenter le volume mammaire sans véritable chirurgie.
La technique est la suivante:

  • infiltration de la zone à traiter avec un cocktail anesthésiant et vasoconstricteur
  • tunellisation à l’aide d’une fine canule de liposuccion par une mini incision sous-mammaire
  • mise en place dans la zone préparée du gel d’Acide Hyaluronique assurant l’augmentation du sein
  • modelage manuel du gel mis en place.

Cette technique a tout pour séduire:

  • anesthésie locale au niveau des seins
  • pas de cicatrice
  • résultat immédiat
  • aucune hospitalisation, la patiente rentre chez elle dès la fin de la séance

Implants mammaires

Les implants ou prothèses mammaires remplies de gel de silicone sont les plus utilisées. Les progrès réalisés, tant au niveau du gel que l’enveloppe garantissent une sécurité maximale. Il faut souligner que les premiers implants ont été utilisés dans les années 60, et que depuis presque 50 ans la collaboration entre laboratoires et chirurgiens a permis des progrès constants en ce qui concerne la structure et les différents profils d’implants.

  • l’anesthésie générale est nécessaire, ainsi qu’une hospitalisation de 24h
  • la douleur post opératoire est fonction du site de mise en place des implants: quasiment nulle en rétro glandulaire, plus importante en rétro musculaire
  • le résultat est immédiat bien que la poitrine soit souvent un peu gonflée en post opératoire

Facteur influençant le choix de l’une ou l’autre technique

C’est bien évidemment le rôle du chirurgien esthétique de vous exposer clairement et honnêtement les avantages / inconvénients de l’une et de l’autre technique et ce, mieux que les médias qui, avides de nouveautés, ne recherchent que « le scoop » et manquent parfois d’objectivité, d’expertise et de recul par rapport aux techniques de chirurgie esthétique.

C’est extrêmement tentant d’obtenir une jolie poitrine par la simple « injection » d’un produit apparemment très sûr. Il convient, cependant, d’en étudier les inconvénients de la technique à base de Macrolane

  • les injections de macrolane se limitent à 100cc par sein, ce qui permet une légère augmentation, inférieure à un bonnet de soutient gorge. Ainsi une patiente ayant un bonnet A ne pourra espérer qu’un petit bonnet B
  • le macrolane est un produit résorbable et, aux dires du laboratoire, il est nécessaire de réinjecter au bout de 6 mois 50cc par sein et chaque année, au moins la même quantité
  • bien que les études de mammographie récentes soient rassurantes quant à la surveillance de la glande mammaire, le recul est insuffisant pour prouver l’absence total de risque glandulaire à 100%
  • enfin le coût du MACROLANE et la nécessité de répéter les injections rendent cette technique d’augmentation mammaire plus onéreuse que les implants

Les implants mammaires n’ont d’inconvénient, par rapport au MACROLANE, que l’aspect « chirurgical » qu’ils nécessitent :anesthésie générale, hospitalisation de 24h et souvent, des douleurs post opératoires. Or cette bataille entre le médical et la chirurgie en matière d’augmentation mammaire n’a pas lieu d’être:

  • la sécurité des implants mammaires est à ce jour maximale
  • leur durée de vie, si elle ne peut être précisément quantifiée peut être estimée au moins ou double des prothèses de la précédente génération
  • le risque de coque a été considérablement diminué, pour être devenu exceptionnel
  • la forme des implants, en particulier anatomiques, permet d’obtenir des seins naturels
  • La disponibilité des volumes allant en moyenne de 100cc à environ 500cc permet à la patiente d’obtenir l’augmentation qu’elle désire modérée ou plus importante
  • le positionnement rétro glandulaire ou rétro musculaire de l’implant, fonction de l’anatomie de la patiente, assure également un résultat naturel
  • certes il s’agit d’un corps étranger, mais d’un corps étranger bien connu dont la surveillance radiologique est parfaitement codifiée et dont les interactions avec l’organisme ont été étudiées depuis plus de 40 ans, et quand bien même il deviendrait »gênant », il est tout à fait possible de l’enlever et de revenir à l’état antérieur
  • enfin le coût d’une augmentation mammaire par implants est bien inférieur à des injections de MACROLANE car nul besoin de répéter l’intervention tous les ans au contraire des injections

En Conclusion

Pratiquant à la fois la médecine et la chirurgie esthétique, je n’ai aucun « à priori » pour l’une ou pour l’autre et mon expérience n’a pour but que la satisfaction des mes patientes.
Ainsi, il me semble que les injections de macrolane sont plutôt réservées aux patientes qui à la suite de grossesses, ont une très légère diminution de volume de leur poitrine – et encore, un lipofilling pourrait être une piste à explorer.

Pour toutes les autres qui souhaitent obtenir la poitrine de leurs rêves, rien actuellement n’est plus sûr que les implants mammaires anatomiques ou ronds.